Lynfo-132 MAI 1968-2018

PRINTEMPS SOCIAL, CA CONTINU ! Il y a 50 ans, mai-68, le plus important mouvement social français de la fin du XXe siècle, la plus grande grève de l’histoire de France avec des millions de grévistes. Une action commune de toutes les professions, du privé comme du public, avec la jeunesse, pour peser sur les décisions politiques et patronales.

Après avoir délibérément résilié mon sursis pour étude, le 1er sept-1967 et avoir été incorporé illico au 75è RIP pour y effectuer un « faux-semblant » de classes, je suis affecté comme gestionnaire au self du quartier Général Frère avec la permission d’un « officier orienteur » m’autorisant à poursuivre mes études interrompues.

En contre partie, j’avais pour missions d’alphabétiser le chauffeur illettré affecté à mon service avec son 4×4 pour récupérer le ravitaillement quotidien aux « Subsistances » [1] devenues aujourd’hui « Centre culturel ». De plus, j’essayais autant que faire se peut de poursuivre mes études comptables par Télé Enseignement.

Les permissions journalières que je m’octroyais pour la journée restante et la nuit entière, étaient synchronisées entre ma contribution à un groupe de réflexion JOC sur notre vie, notre avenir et pour une société plus humaine, avec plus de liberté, de démocratie, de justice sociale … !

C’était parti pour une aventure rythmée entre une vie étudiante active en FAC de Droit du travail et de la Sécurité Sociale à Lyon 3, durant 16 mois (+10 jours de bonus*) d’un service militaire tout aussi actif y compris dans la rue avec les copains et les manifestants !

Et pour compléter le tableau, +10 jours d’arrêts*, pour acte de rébellion … pour s’être exempté de tire au PM afin de pouvoir rassasier la troupe, avoir participé à la rédaction de devises contraires à la discipline …. Cette accumulation d’initiatives, d’opportunités et de responsabilités a été déclencheur de prise de conscience collective mais aussi personnelle.

Cela a facilité bien des orientations et d’adaptations à la vie active, m’incitant avec la bande de copains à devenir acteur des changements profonds et indispensables de notre société, à imaginer des alternatives à l’ordre économique, social et culturel établi, à envisager un État au service de l’Humain et non du capital … De quoi donner des sueurs froides à ceux qui, aujourd’hui, se proclament « et de droite et de gauche » pour en liquider un héritage durement acquis.

Un printemps social 2018 qui s’inscrit aussi dans un contexte social très agité où retraités, étudiants, chômeurs, sans papiers, réfugiés, fonctionnaires, hospitaliers, cheminots, salariés de Carrefour, des Galeries Lafayette, des Ehpad, d’Air France … expriment leur mécontentement.

Les ordonnances Macron sur la loi Travail donnant les pleins pouvoirs au patronat pour abuser du droit de licencier, démolissant le Code du travail, démantelant les instances représentatives du personnel, réduisant les droits syndicaux, cassant les statuts etc. Des attaques tout azimut, y compris pour les retraites avec la hausse de +1,7% de la CSG alors que l’ISF est supprimé pour les riches, ce qui se traduit par la baisse de -1,84% sur notre pension nette …

Sans parler des attaques au droit au logement avec son cortège d’expulsions, la baisse de 5€ des APL.  Et dernièrement l’atteinte aux droits des personnes en situation de handicap pour lesquels « La République en Marche » a voté la diminution drastique du nombre de logements accessibles dont le pourcentage construit passera de 100 % à 10 % … loin de répondre aux  besoins des séniors. Un couple  de la résidence réclame sa mutation dans un logement adapté depuis l’hospitalisation à domicile de madame (89 ans) maintenant en fauteuil roulant et suite à l’installation de son lit médicalisé prenant toute la chambre, son ami (83 ans) à dû s’installer sur le canapé étroit du salon/cuisine. Depuis monsieur est tombé du canapé et attendent leur mutation dans un appartement où il puisse dormir sans risque dans un vrai lit

Pour la Santé, la même stratégie a conduit la majorité à vouloir supprimer dans la Constitution les mots « Sécurité Social » pour le remplacer par le mot « protection ». Face au tollé des syndicats, la REM a dû battre en retraite et retirer son amendement. L’objectif du gouvernement est de remettre en cause le système actuel de redistribution entre actifs et retraités, entre personnes bien portantes et malades … Au delà de ce recul des parlementaire REM, la logique de sape des fondements de la Sécu reste cachée dans le projet macronien.

Mai 68, a été incontestablement porteur d’avancées sociales et sociétales.

Certains médias tentent de faire croire à ceux qui n’ont pas vécu ces événements, que les syndicats ont été débordés et qu’ils n’ont pas vu venir Mai-68. La réalité est ou autre : hausse des prix, dégradation du pouvoir d’achat, attaque sur les acquis entrainèrent des luttes et des grèves importantes tant à Paris qu’en province

Rappel de quelques dates AVANT-PENDANT-APRES MAI 1968

  • 1954-1962 : guerre d’indépendance, de décolonisation ou révolution algérienne.
  • 1958 : crise de régime  tous les pouvoirs octroyés au Général de Gaule.
  • 1966 : Appel de tous les syndicats à manifester, les luttes se développent jusqu’en Mai-68.
  • Aout-67 : Ordonnances pour démanteler la Sécurité Sociale, grand acquis de la libération ;
  • Mars-68 : grève de 22 jours aux usines Rhodiacetat puis chez Berliet avec fermeture de l’usine
  • Mai-68 : A la demande de réalisateurs (Truffaut, Goddard, Berry, Malle, Polanski …) en solidarité avec les étudiants et les ouvriers le 21é festival[2] de Cannes est clôt de façon anticipée, sans attribuer aucun prix.
  • 17 mai-68 : grève nationale puissante pour défendre la Sécurité Sociale ;
  • 27 mai-68 : Constat de Grenelle, « un texte très important qu’aucune organisation syndicale à signé mais qui servira de base aux très nombreuses négociations ultérieures »
  • Le monde bout, la guerre du Vietnam bat son plein. En août-68 les troupes soviétiques mettent fin au Printemps de Prague, Martin Luther King est assassiné le 20 avril-68

    A ta santé, Gégé

[1] Couvent jusqu’au XVIIIe siècle, rebaptisé « Subsistances militaires » où se préparaient les rations des Poilus puis lieu de stockage jusqu’en 1991 servant à ravitailler les services de l’ordinaire (cuisines des casernes de la région, et transformé en 2003 en lieu dédié à la création artistique international.

[2] Festival de Cannes dont la Cgt est l’une des organisations fondatrices en 1946.

Publicités

Lynfo-127 VŒUX 2017

A ta ???????

A l’heure de la révolution numérique, où les VŒUX par mails, par textos ou sur les réseaux sociaux sont devenus incontournables !

A l’heure où le Bluetooth facilite la vie des malentendants, où le téléphone prend des photos, effectue le rappel de mes rendez-vous , où les SMS me parle chinois ! …

A l’heure où je peux vérifier sur mon aïe-phone que j’ai bien effectué mes 10.000 pas quotidien de remise en forme !

A l’heure ou mon vieil ordinateur devient ma mémoire et gère mes réunions, mes contacts, les anniversaires … et travaille de nuit avec moi pour palier le sommeil qui n’est plus de mon âge [1].

A l’heure des évolutions techniques  que je peine à suivre, ou mon empreinte digitale remplace mes codes secrets dont j’ai du mal à me souvenir, où mon téléphone me parle et écrit ce que je lui dicte !

Je te souhaite cette année encore par mail traditionnel mes Vœux de bonne santéainsi qu’à tous les enfants du Monde, notamment ceux des familles « recomposées », des familles expulsées avant la trêve hivernale[2], et qui se retrouvent Sans Domicile Fixe, à tous ceux qui sont victimes de la guerre et de la maladie ...

Des Vœux pour VIVRE, des Vœux de reconquêtes sociales : le droit au travail et au logement social, le droit à la santé et au maintien d’une Sécurité Sociale de haut niveau, le droit à un salaire et une retraite décente, le droit à la culture et aux congés payés … de droit de pouvoir vivre correctement sans emploi précaire …

Pioches pleins de valeurs dans ma collection à écouter « Prendre un enfant par la main » la meilleure chanson française du 20ème siècle CLIC sur >

Chantes avec les enfants pour ensemble « écrire sur les murs le nom de ceux qu’on aime » CLIC sur >

Le monde a besoins de PAIXLa PAIX a besoins du monde. A la PAIX !

A ta santé : Gégé

[1] La plupart d’entre nous avons besoin de 7h30 à 8h de sommeil. Certains dits « petits dormeurs », auront besoin de moins de 6 h de sommeil par nuit. D’autres n’auront besoin que de 4h de sommeil pour être en forme et je fait partie de ces 5 % de cette population de séniors « très petits » dormeurs qui en profitent pour vivre intensément chacune des heures ainsi gagnées sur les « gros dormeurs » qui représente environ 10 à 15% de la population mais qui auront besoin d’une durée moyenne de plus de 9h de sommeil par jour.
[2] Du 1er novembre au 31 mars, les locataires en difficulté ne peuvent plus être expulsés, même si une procédure a été engagée par le bailleur et que l’expulsion est confirmée par le tribunal.

Lynfo-126 CA SE PREPARE !

BILAN des Assemblées, FÊTES de fin d’année, ANNIVERSAIRES, SAUVEGARDE du LOGEMENT social … La question du temps et des moyens impose des choix à faire pour pouvoir répondre aux sollicitations de son entourage : la famille et les amis répondront-t-ils à nos invitations ? nos enfants nous rendrons-t-ils visites à Noël à Pâques ou à la Trinité ? serons-nous encore plus nombreux aux prochains rassemblements pour sauver le logement social ? aura-t-on le temps, avant les Assemblées Générales, d’établir le bilan de fin d’exercice des associations dont j’assume la trésorerie ? …

Bref comme d’habitude, jusqu’à la dernière minute, jusqu’au jour J, il faudra attendre la réponse qui nous réchauffera le cœur ou pour savoir si le quitus et la confiance des amis nous sera renouvelée ! Une chose est certaine, en préparant au mieux nos interventions, nous pensons être mieux compris … « Un peu comme mes petits enfants qui font leurs lettres au père noël pour avoir le jouet dont ils rêvent » !

Macron envoie son Secrétaire d’Etat De Normandie visiter la banlieue De Vénissieux

Dur, dur d’être compris en cette crise du logement qui s’accentue, preuve en est notre rencontre avec le secrétaire d’État de la cohésion des territoires en visite dans notre ville. Ce jour là, avec mes amis locataires de la Confédération Nationale du Logement nous l’avons rencontré pour dire notre inquiétude face aux attaques du gouvernement contre les plus modestes, notamment en baissant dès le 1er octobre leur APL -5 €, puis -60 € à -79 €  (famille de 4) en 2018, avant même d’avoir bénéficier de la promesse d’une baisse de loyer à contrario des cadeaux fiscaux sont toujours et largement accordés  aux mêmes.

Une journée qui restera noire pour le logement social et les locataires du parc HLM comme ceux du parc privé qui verront dès l’année prochaine le budget alloué aux aides au logement chuter de 1,7 milliard, dégradant encore plus le service rendu par les bailleurs et ne résolvant en rien les problèmes. Et avec la baisse des APL les bailleurs auront autant de moins pour la construction, la rénovation et l’entretien de nos logements … sans parler de la perte des 300 000 emplois que les entreprises du bâtiment ont déjà chiffrée …

Il s’agit ni plus ni moins que de ralentir la mise à mort du logement social, avec au final la même conséquence fatale : Racketter l’APL pour redonner l’équivalent sous forme de baisse de loyer c’est un véritable tour de passe passe-passe !

Augmenter les dotations de l’Etat à la construction sociale et aux réhabilitations,  … pour faire baisser les loyers serait mieux !

Lynfo-125 Nouvelles responsabilités

Conseil de QUARTIER & logement social

Activités périscolaires du mercredi pour nos petits enfants Juliette et Joséphine … mais aussi activités pour les séniors que j’essaie coûte que coûte de maintenir en allant au parc de Parilly faire ma marche nordique avec les ami(e)s de chez Léon : Brigitte, Corinne, Fabienne … traitées pour un cancer. Cette prescription de séances hebdomadaires d’Activités Physiques Adaptées m’est indispensable pour maintenir en forme mon mode de vie actif … bref enfin une « ordonnance » qui me permet de conserver la Santé et soutenir un rythme de vie d’une retraite bien remplie !

Et patatrac … mon téléphone sonne pour me rappeler que ce mercredi là, j’avais programmé en plus : une séance de kiné pendant le déjeuner, une réunion CNL l’après midi et surtout l’assemblée annuelle du CONSEIL de QUARTIER pour le souper ! Heureusement, Virginie, ma voisine du 4ème qui m’avait assisté lors du contrôle des charges, avait inte

POUR QUI ?

rpellé en vain notre bailleur pour résoudre l’énigme suivante :

« Comment peut-on avoir une régularisation de +300 € de charges à payer alors que le chauffage urbain a baissé de 17% et que la TVA a diminué de 19,6% à 5,5%  ! », selon les chiffres parus dans une publication de la ville et auxquels Virginie se référait.

Notre bailleur, assistant lui aussi à ce conseil de quartier, a justifié cette dépense supplémentaire par une période de froid (en période de réchauffement climatique ! et due selon la CNL à des provisions surement mal calculées !). Il faut se rappeler que déjà l’année précédente notre bailleur avait aussi fait un coup de Trafalgar aux locataires venus protester pour essayer de se faire entendre et se faire rembourser un erreur de facturation qui a échappée à LMH qui avant même d’avoir recherché une explication plausible, avait justifié le coût excessif en mettant en cause le chauffage urbain de Vénissieux !

C’est avec impatience que les locataires attendent aujourd’hui de Lyon Métropole Habitat de tenir ses promesses de « nouveaux mode de concertationredonner du pouvoir d’achat aux locataires grâce à la maitrise des charges«  et de nous expliquer les actions prévues pour faire baisser les charges dont la plus importante est le chauffage !

Au moment où les promesses ne sont plus tenues, ou le modèle du logement social de notre pays est la cible du Gouvernement :

  • par ordonnance l’allocataire du parc locatif privé ou public subi la baisse de son APL de 5€/mois au 1er/10/17.
  • pour les seuls bailleurs sociaux il est prévu en Janvier 2018 une autre baisse de l’APL de 50 à 70€/mois,
  • dès 2018 près de la moitié des Offices HLM seraient en voie disparaitre faute de dotations de l’Etat,
  • le droit au maintien dans les lieux ne sera plus assuré mais revu tous les 6 ans après enquête sur l’évolution du ménage,
  • le gel à 0,75% du taux du livret-A ne permet plus de financement du logement social,
  • le développement des ventes de HLM est préconisé par le gouvernement,
  • il est prévu le renforcement du surloyer au détriment de la mixité sociale, etc. …

il est indispensable de dire haut et fort que nous ne voulons pas la liquidation des HLM ni la sélection qui se met en place où tous les locataires seront perdants y compris celui mal ou non-logé, l’accédant à la propriété etc. … Telles sont les motivations justifiant ma candidature au conseil de quartier de ma ville.

VENISSIEUX dont je ne connaissais que les murs de l’usine Berliet devant lesquels papa, avant de prendre son travail (ajusteur-outilleur) nous amenait avec mes frangins prendre le car pour nos premières colos du Comité d’Entreprise (c’était en 1954) .

Ville que nous avons choisi avec Maryse pour venir y habiter en 1974, pour ses nombreuses activités et services rendus aux habitants, où nous avons pu apprécier ses valeurs de solidarité, du « vivre ensemble » à une époque aussi mouvementée qu’aujourd’hui ; ville où nous nous sommes investis dans les associations de quartier en 1977 au Comité des résidents de la ZUP des Minguettes et au foyer Claude Debussy ; depuis 1992 en étant l’un des animateurs de l‘amicale CNL des locataires A. Croizat ; en 2007 en représentant la CGT au Conseil d’Administration de nos bailleurs Opac et ensuite LMH où avec les associations de locataires nous nous sommes opposés tout dernièrement aux augmentations de loyers ; en 2012 où je suis appelé à participer à la section CNL de Vénissieux ; enfin en 2015 où à quelques-uns nous avons créé le Comité de Défense CNL des locataire Ferry & Paul Bert sur la base de nombreuses malfaçons et de dysfonctionnements rencontrés dans ces deux résidences LMH, litiges encore non complètement solutionné à ce jour.

Au moment où le logement social et les acquis sociaux sont brutalement remis en cause, nous pensons qu’il est indispensable qu’habitant du quartier, nous nous fassions entendre.

 Pour une meilleure santé du logement social,

A+ Gégé

Lynfo-124 AGISSONS !

NON au démantèlement du logement social

Je reviens du 78è congrès des HLM, avec la confirmation du gouvernement de s’attaquer au logement social et aux principes  même de la République : « égalité, solidarité et justice ». 

Non aux ordonnances démagogiques à l’encontre des 11 millions de locataires du parc social.  Dès ce mois d’octobre, 6,5 millions d’allocataires dont 800 000 étudiants dans la précarité, vont perdre 5 euros d’APL puis 8 à 10 euros dans un an … Et ce n’est qu’un début, car en 2018, le gouvernement compte retirer 50 à 60 € de plus à chacun de ceux qui perçoivent l’APL !

La CNL défend le pouvoir d’achat des familles en même temps que l’aide l’aide de l’Etat pour la construction (aide à la pierre)

Un allocataire sur deux vit en dessous du seuil de pauvreté.

Signes et fais signer la pétition en ligne : Le racket des locataires doit cesser

Je t’invite à envoyer ce faux billet au gouvernement APL BILLET PETITION 50 € verso pour qu’il prenne l’argent sur la grande fortune des 3 400 ultras-riches plutôt que dans le portefeuille des locataires modestes.

Dis non au racket des locataires modestes en signant et en renvoyant directement cette carte postale à l’Elysée.

A ce jour, le gouvernement n’a toujours pas reculé sur sa décision de diminuer les aides personnelles au logement, notre mobilisation continue donc, de plus en plus forte, car nous sommes de plus en plus nombreux à dire :

NON au bail mobilité ! NON à la vente de nos HLM ! NON à la ghettoïsation de nos quartiers ! Non à l’annulation des crédits pour la production de logements sociaux.

LE DROIT A UN TOIT ET A LA DIGNITÉ N’EST PAS UN LUXE,

C’EST UN DROIT POUR TOUS !

A ta santé, Gégé

 

Lynfo-118 NON aux EXPULSIONS

Trêve hivernale des expulsions locatives terminée

La Confédération Nationale du Logement réaffirme son opposition la plus ferme à cette pratique barbare et considère comme un scandale le fait que dans la 5ème puissance économique du monde, un pays qui se targue de respecter les droits de l’homme, on puisse mettre des familles à la rue.

En 2015, les expulsions avec le concours de la force publique ont explosé, avec une augmentation inédite de 24% par an. Ce chiffre ne représente pourtant que la partie immergée de l’iceberg. La plupart des expulsions se font sans intervention policière, le locataire préférant quitter les lieux de lui-même sous pression du bailleur et des huissiers.

Le résultat, c’est près de 150 000 personnes sans domicile, dont 30 000 enfants. Le droit effectif au logement conditionne beaucoup d’autres droits. Sans logement, pas d’accès à l’emploi, pas de possibilité de fonder une famille, pas de droit à la santé et encore moins au loisirs.

Certains proposent de faciliter encore les procédures d’expulsions laissant entendre que les locataires qui se retrouvent à la rue sont fautifs. Face à cette entreprise de culpabilisation, il faut rappeler quelques faits : 47% des impayés locatifs ont pour origine une perte d’emploi, 15% une perte de revenus suite à un divorce et 9% un problème de santé ou un accident.

C’est pour ces raisons que la Cnl lance comme chaque année une grande campagne contre les expulsions et interpelle les pouvoirs publics.

Au gouvernement, la CNL demande un moratoire contre les expulsions. Il devient urgent se stopper le robinet qui alimente le sans-abrisme. Soulignons l’absurdité de ce système qui conduit finalement à des dépenses considérables pour l’Etat, les collectivités territoriale et les locataires. Dépenses qui pourraient être utilisées pour construire des logements abordables et dignes, pour pouvoir solder tout ou partie de la dette locative.

La CNL sait pouvoir compter sur la volonté de notre Maire de Vénissieux pour défendre le droit au logement et continuer l’action pour faire reconnaître la légitimité de ses arrêtés municipaux interdisant les expulsions sans relogement

Nous réitérons l’appel de la CNL effectué du 31 mars 2016 POUR une Sécurité Sociale du logement. Le logement est un droit fondamental. Il doit être garantit par la même logique de protection collective qui s’applique à la santé ou au travail.

Enfin, la CNL s’adresse à tous les habitants qui ont des difficultés à payer leur loyer pour leur dire qu’il existe des solutions. Le pire dans cette situation est de rester seul. Dans les six permanences CNL, ils trouveront toujours un soutien et une aide pour se défendre, faire valoir leurs droits.

Lynfo-117 PRIORITÉS LOGEMENT

117-priorites-aux-habitantsIl y a URGENCE à AGIR  aujourd’hui ! La vérité éclate avec l’ampleur de la crise du logement :

– AVEC ses dizaines de milliers de personnes en France qui dorment dans la rue ou les 460 personnes sans domicile fixe ou demandeurs d’asile qui après la fermeture des gymnases lyonnais, se retrouvent sans solution pour passer la nuit au chaud,

– AVEC les 2 millions de familles qui attendent désespérément un logement social dont plus de 56 336 ont une demande en instance dans le ficher commun du Rhône,

– AVEC des millions de gens qui souffrent du mal-logement ou vivent des conditions indignes dans des logements insalubres,

– AVEC des millions d’habitants à qui il reste si peu après avoir payé leur loyer …  comme aujourd’hui c’est le cas pour plusieurs locataires de la résidence où nous habitons avec Maryse.

117-impaye-refus-lmh-decheancierL’action avec les locataires est l’une des priorités donnée à mon engagement à la Confédération Nationale du Logement, première association représentative des locataires en France, dans les quartiers et dans ce que nous appelons les « cages d’escaliers ».

Reconnue association de consommateurs, de jeunesse et d’éducation populaire, la CNL répond à la question de Najib, un voisin qui me demandait « pourquoi cette détermination » à lutter pour améliorer le quotidien des habitants !

La démarche des militants CNL s’inscrit dans cette volonté de poser les questions aussi essentielles que la Sécurité Sociale du Logement, le niveau des loyers, les expulsions ou la démocratie

Pour découvrir en détail ces priorités, clique sur : www.lacnl.com. Notre Comité de défense des locataires vise à promouvoir le logement comme un droit fondamental. Pour cela, nous refusons sa marchandisation qui provoque des drames pour tant de familles. Nous voulons pouvoir mieux vivre dans nos quartiers, avec des loyers moins chers, une place plus grande dans les décisions qui nous concernent.

Nos interpellations, à tous les niveaux, des élus sur la politique du logement, de la consommation et de la ville sont trop souvent considérées comme secondaires. D’où l’idée de ce tableau : CLIQUE sur les  7-propositions-CNL-aux-candidats à l’élection présidentielle et législative de 2017.

A+ A ta santé : Gégé