Lynfo-128 CRISE DE FOI

« L’énergie des militants : du logement Cnl, Cgt, Po [1] … permet d’assurer malgré tout, et le rire gai-rit »

Jeannot mange tout ce que l’on lui donne, savoure son velouté du soir et s’il ne termine pas tout son menu il me laisse le finir … Avec ou sans calories, pour diabétique ou non, une chose est certaine c’est qu’il aime bien les choux à la crème fraîche, le Sunday de chez McDo, le chocolat à la liqueur, les bonbons au miel ou au sapin, les bouteilles de pousse-café … à en attraper une crise de foi même n’est pas bon pour son cancer du foie, mais qu’importe du moment que ça passe bien !

Jeannot a un regain de forme : il peste contre des prescriptions médicales bizarroïdes de HEH comme la « Lysopaïne sans sucre » pour soigner sa toux qu’on lui a refilé et qu’il m’a redonné ; il s’emporte contre le bleu de 15,7 cm de diamètre qu’il a constaté sur sa poitrine à son retour de la chambre de Perfusion (PAC)  implantant sous la peau  en vue d’une  chimio qu’il réfute : par crainte je ne sais de quels effets secondaires ou d’avoir à dépasser l’espérance de vie fixée par l’OCDE à 82,4 ans ! … il peste contre le régime … imposé par HEH, l’absence de vin, de café et de massages, mais plus contre l’absence de pain et de boursain accompagné d’un petit verre de vin millésimé … et du régime alimentaire dont il est miraculeusement dispensé depuis qu’il est au PG des invalides ;

L’iHôpital du futur !

Jeannot fulmine de devoir revenir sur les lieux du crime après avoir roulé pendant 24 ans pour les Hospices Civiles de Lyon comme chauffeur toute catégorie (tous permis) du Véhicule Sanitaire Léger pour la livraison du courrier, ou du PL au service de la blanchisserie devenue inter-hospitalière depuis. Il a raison de fulminer en voyant combien le manque de personnel soignant ou non dans les hôpitaux est aujourd’hui dramatique !

Jeannot ne sait pas pourquoi il a été exilé à l’Hôtel Pierre Garraud devenu « invalide », dans un lieu de retraite perdu la haut … sur la colline ! Mais là au moins son copain Barbar aura perdu sa piste ! N’importe comment son dernier Patron ne l’aurait pas reconnu, car il n’a jamais eu l’occasion de le croiser et cela depuis 15 ans qu’il est sous ses ordres. Un seul regret, Jeannot s’éloigne un peu plus de la viede ses ami(e)s, de sa famille et de Jojo sa personne de confiance qui le visitaient à HEH !

Jeannot a de quoi se rebeller quand on ne lui dit pas si cela va se terminer avant le 1er avril date d’un anniversaire à fêter auquel il compte participer ! Avec ses soins palliatifs (et pas seulement avec des pilules contre la constipation…)  les médecins s’acharnent à soulager sa souffrance physique, psychique, sociale et spirituelle, et à préserver la meilleurs qualité de vie possible … jusqu’à quand … sur une échelle de 1 à 12, se demande-t-il !

Je ne sais pas si ses dernières volontés testamentaires me sont favorables, ni les motifs de son choix pour vouloir terminer ainsi … mais aucun doute que les puissants patrons de l’ordre des hospitaliers ont eu le dernier mot dans leur décision de son lieu de repos … à lui donner le tournis en le transférant d’un lit à l’autre ou d’un établissement à l’autre ! Dur dur la fin de vie !

Retour en arrière sur Lynfo n°35 suite à ma redécouverte du milieu hospitalier mais comme patient cette fois, préfigurant une fin de vie heureuse racontée dans l’extrait de mon blog « atasantegege » de juillet 2013. Après m’être informé auprès de la Cgt de chez Léon sur le droit de me faire mourir, ou plutôt de me laisser mourir resté sans suite pour en avoir réchappé. Je consacre mes visites à Jeannot pour effectuer la mise à jour de mon article avec la loi Claeys-Leonetti du 2/2/2016 qui depuis, pose le principe que « toute personne a droit à une fin de vie digne et apaisée sous condition de directives anticipées, de décisions collégiales …« .
Les professionnels de santé peuvent maintenant mettre en œuvre tous les moyens à leur disposition pour que ce droit soit respecté. Des soins palliatifs 3] jusqu’à la sédation profonde et continue, substances antidouleur qui endorment à tout jamais, sous réserve bien sur de la prise en compte de la volonté du patient avant d’être en phase terminale … et d’avoir accessoirement établi son testament pour léguer, comme moi et Jeannot l’avons fait,  notre corps à la science pour la vie et la recherche.

On ne guérit pas d’un cancer, on en « ré-missionne » !

En mémoire de celle que j’ai en partie perdue avec ma dernière chimio, Jeannot m’a rappelé notre jeunesse sur les chemins de l’humanité … depuis Paris67 où il venait d’être promu aumônier de la JOC (F) … à Paris74 et plus tard avec notre équipe ACO … OUI aujourd’hui notre PO de Jeannot continue d’assurer malgré tout ! La vie est plus forte que la mort diront certains ! D’autres en rigolent jaune … normal quand il s’agit du foie !

A ta santé sacré Jeannot et que ta volonté soit faite ! Gardes courage car tu n’es pas encore tout à fait au bout du chemin ! Vive la Vie tant qu’elle peut être vécue en bonne santé ! A+ Gégé

[1] CNL : Confédération Nationale du Logement ; CGT : Confédération Générale du Travail ; PO : Prêtre Ouvrier

[2] Une des particularités du travail en soins palliatifs est l’importance des bénévoles. On compte de nombreuses associations : 2/3 regroupés à l’UNASP (Union Nationale des Associations pour le développement de Soins Palliatifs) ; 1/3 au sein de la fédération JALMALV (Jusqu’A La Mort Accompagner La Vie). L’accompagnant est un témoin, un être humain qui exprime simplement sa solidarité avec un autre être humain, dans le respect des différences et du désir de celle ou celui qu’il accompagne.

[3] Dispositifs offrant une prise en charge et l’accompagnement en soins palliatifs : Avoir le choix, c’est stressant

·       Service d’Hospitalisation à domicile d’une structure hospitalière, avec participation les professionnels libéraux du patient permettant de maintenir à domicile celle ou celui qui le désire.

·       Réseau de soins palliatifs coordonnant les autres structures et maintenant le lien entre les professionnels en charge du patient. Il participe activement au maintien à domicile des malades qui le souhaitent.

L’Unité de Soins Palliatifs (USP), structure d’hospitalisation d’environ 10 lits accueillant pour une durée limitée les situations les +complexes et/ou les +difficiles. Mission : soins-enseignement-recherche.

·       Au sein d’un service d’hospitalisation par une Equipe Mobile de Soins Palliatifs (EMSP) : prise en charge globale du patient et de son entourage. Mission : aide, soutien, écoute active, conseils aux soignants, assurer un repli des patients du domicile.

·       Le maintien au domicile requiert : disponibilité d’une équipe de proximité et de coordination (médecin traitant, infirmier(e), kiné, auxiliaires de vie, famille etc. ) ; capacité de l’entourage d’assurer ce maintien à domicile ; expertise médicale (évaluation de la douleur) ; expertise sociale et accompagnement psy si nécessaire ; mise en lien avec l’association de bénévoles d’accompagnement.

Publicités

Lynfo-105 TU T’EN SOUVIENS ?

105-je blog donc je suisBEN NON ! je me rappelle seulement l’avoir noté sur mon agendas électronique.

Et oui, par moment, la mémoire nous joue des tours ! J’essaie bien d’écrire le plus possible ce dont il me faut me souvenir … je retranscris bien mes notes sur l’ordinateur qui me les retransmet sur mon téléphone avant un rdv en m’alertant 1 jo105-bluetoohur et 1 heure avant, par le système Bluetooth relié à mes deux oreillettes d’une couleur facile à repérer lorsque je ne sais plus ou je les ai posées … Bref, écouter, pouvoir bien entendre, s’entendre ou se faire entendre devient de plus en plus complexe ! « Écouter les autres, c’est encore la meilleure façon d’entendre ce qu’ils disent ».Rendez-vous des sciences_Mise en page 1.qxd

Non sans difficulté, j’ai dû renouveler mes « écouteurs » dont les réparations n’étaient plus possible et j’ai dû en acquérir deux autres pour 600 € (participations déduites de la complémentaire : 592 € et de la Sécu : 240 €) … Je ne suis pas prêt d’oublier les obstacles à franchir : le réseau Santéclair qui vous propose trois audioprothésistes pour obtenir le remboursement de la complémentaire puis faire le choix entre les trois devis pour bénéficier de la réduction la plus favorable et enfin exiger l’appareillage adapté à ma surdité qui ne soit pas la dernière nouveauté la plus onéreuse …105-on retient quoi

Mais l’électronique ne remplace pas toute la mémoire et si je reste malgré tout malentendant ! J’entends un peu mieux depuis mon appareillage obtenu avec la reconnaissance pour 10 ans de mon handicap par la MDPH … voir plus longtemps si j’entends encore en 2018 !!! 105 jaioubliecequejedevaisoublierJ’apprécie quand même les bienfaits de la science qui me permettent de souhaiter l’anniversaire d’un ami, d’un membre de la famille dont j’ai enregistré la date de naissance, de rappeler celle ou celui qui m’a laissé un n° de téléphone et message sur mon répondeur … Par mail c’est encore le mieux pour que je m’en souvienne ! Des progrès restent à faire pour augmenter la durée de charge des batteries, pour améliorer l’écoute lorsque plusieurs personnes s’expriment ensemble, pour faire baisser la surconsommation de nos factures EDF avant la COP28 … et à pour éviter d’entendre encore et toujours les vaines promesses de réduire le chômage.

105-Alzheimer et chomageToute cela pour constater que l’âge, les cures de chimio, un environnement bruyant … contribuent surement à la détérioration de l’audition. Malgré un agenda déjà bien chargé, j’ai donc d’accepter de participer à l‘atelier de convivialité et de jeux de mémoire que la ligue contre le cancer va inaugurer chez Léon . Il existe plein de petits « trucs » pour améliorer la mémoire, certes « Il y a à boire (*) et à manger (*) ! » mais chez Léon on est garanti d’avoir le meilleur menu !

Deux disciplines relaxantes pour maintenir sa mémoire : a. le yoga ou la méditation ; b. l’exercice physique Rien de tel que bouger pour accélérer l’afflux sanguin ! Toutes les activités physiques – la marche active, monter les escaliers, la danse… sont bonnes à prendre.

Trois plantes qui se complètent pour stimuler la mémoire : a. Le ginkgo biloba ; b. Le millepertuis ; c. Le curcuma. 105 vin pou oublier Quatre astuces pour entretenir la mémoire : a. Éviter alcool (*) et tabac, qui endommagent les neurones ; b. Soigner son sommeil. Attention notamment aux somnifères qui embrument le cerveau ! ; c. Faire travailler sa mémoire de toutes les façons possibles. En sortant de chez soi, en jouant, en lisant, en allant au cinéma, en entretenant des relations sociales ; 105-mémoire chocolatd. Bien se nourrir (*) en forçant notamment sur les flavonoïdes (2 tasses de thé vert quotidiennes). 105-Pas interets à oublierDe bons niveaux de vitamine B1 sont aussi nécessaires au fonctionnement de l’hippocampe. Elle se trouve dans le chocolat, les viandes, volailles, poissons, fruits et légumes secs, céréales complètes et levures.

SURVEILLER SON AUDITION PROTEGE D’ALZHEIMER – STIMULER SA MEMOIRE PRESERVE L’AUDITION

Sept astuces pour améliorer sa mémoire CLIC ici pour les connaître105 vieillesse et mémoire

Lynfo-81 A TA SANTE

81-Humain d'abord

Aujourd’hui voici quelques arguments politiques de Santé, qui paraissent intéressants, tout comme le résultat de mon dernier scanner qui, contrairement au temps, est au beau fixe !

… Pour être au cœur de « L’HUMAIN D’ABORD« , les politiques publiques ont un rôle à jouer en matière de santé : résorber la précarité, créer les conditions d’un logement décent pour le plus grand nombre, donner les moyens à la médecine, c’est améliorer la santé de la population. Développer les énergies alternatives pour remplacer les énergies carbonées et nucléaire, c’est lutter contre nombre de maladies respiratoires et nombre de cancers etc.

81-medicament_innefficaceCréer un pôle du médicament indépendant du lobbying de l’industrie pharmaceutique et des laboratoires, pour éviter les scandales, qu’il s’agisse du Médiator, des prothèses PIP, ou de l’usage des métaux lourds dans les soins dentaires. A l’heure actuelle, on observe des écarts de prix considérables entre deux médicaments qui rendent rigoureusement le même service, c’est une gabegie qui n’a pas lieu d’être.

81-priere-avant-repasInterdire l’usage des substances dangereuses dans l’agriculture (produits phytosanitaires responsables de cancers), mais aussi en produisant selon des modalités respectueuses de l’environnement, nous améliorerons l’alimentation. Tout cela accompagné de programmes de prévention, d’une réglementation des nutriments responsables de la malbouffe et de l’obésité, fauteuses de tant de maladies. La santé c’est aussi dans l’assiette !81-Au menu

Lorsque l’on est malade, il n’est pas vrai que l’on puisse choisir sereinement son médecin, son traitement, les modalités de celui-ci. Nous sommes tous face : aux dépassements d’honoraires, à la tarification en secteur 2, aux délais d’attente trop longs pour une opération, une consultation chez un spécialiste … aux déremboursements, à tous ces dispositifs qui font qu’aujourd’hui tant d’habitants de ce pays renoncent à tout ou partie des soins qui leur seraient nécessaires, notamment pour les lunettes, appareils auditifs, soins dentaires ou les pilules contraceptives dont un grand nombre ne sont pas du tout remboursées.

81-enquête santé« Oui, mais ça couterait trop cher » selon certains. Fadaises ! Notre système de Sécurité Sociale a été mis en place en 1945, dans un pays dévasté par la guerre, bien plus pauvre que la France de 2013 ! Mais le développement des soins qu’il a permis a nourri les appétits du privé qui veulent mettre la main sur ce secteur. Il faut d’urgence sortir de la logique de marchandisation du système de santé imposé en Europe qui mène à une dégradation de la santé des plus démunis. Le financement n’est pas un problème, le manque de moyens oui !

81-Croix pharmacieIl faut en finir avec les fermetures d’hôpitaux publics, maternités, centres de soins et d’IVG, des limitations des dépenses de santé. Il faut repenser l’accompagnement de la perte d’autonomie par une augmentation significative de l’APA et la mise en place de structures temporaires d’accueil, accroitre la formation et la qualification, ainsi que la rémunération des personnels d’aide à la personne, dans un cadre public ou associatif non lucratif.

Tout ceci est ambitieux, créateur de mieux être et d’emplois utiles. C’est bien le moins que puisse faire un programme[1] qui s’intitule « L’HUMAIN D’ABORD » !

[1] Pour voir ce programme du Front de Gauche CLIC sur L’HUMAIN D’ABORD

Lynfo-42 Tarif en sup

« La santé n’a pas de prix », mais qui en paie le coût ? » (n°3)

42-chambre clim ou rueC’est une inégalité entre malades méconnue et pourtant bien réelle : d’un établissement à l’autre, le prix d’une journée d’hospitalisation peut aller du simple au sextuple, indépendamment de la qualité des soins. La facture dans un service de médecine peut varier selon les établissements, de 50 € à 500 € par jour ! En service d’oncologie de 500 € à 1 735 € voir bien plus dans le privé. Le prix de journée de la spécialité la plus coûteuse tournerait autour de 5.300 € !

1 milliard d’euros : c’est le montant « surfacturé » par l’hôpital public aux patients ou à leurs complémentaires, au titre des frais de séjour. A ce tarif il convient d’ajouter le forfait hospitalier journalier à 18 € restant à la charge du malade ou de sa mutuelle.42-Chambre évasion

Comme si cela ne suffisait pas, une autre technique, mise en oeuvre un peu partout : la facturation de la chambre particulière. Même si son prix (55 € au CLB) n’a rien à voir avec celui du privé (151 €), nombre d’hôpitaux en tirent des recettes importantes (12 millions d’€/an pour les HCL). Dans certains établissements, les chambres individuelles représentent désormais jusqu’à 90% des lits. Un indéniable confort pour les patients, que l’hôpital cherche à rentabiliser à tout prix.

Les dépassements d’honoraires des professionnels de santé libéraux représentent un total de 7 milliards d’euros,  (+9% en deux ans) rien que pour les seuls médecins spécialistes. Cette partie des tarifs non remboursée par la Sécu, ont flambé et ce, malgré la crise. Cela a rallume chaque fois la polémique entre les syndicats de médecins et l’Assurance-maladie.

Le Centre Léon Bérard est un établissement privé à but non lucratif, d’intérêt collectif. Tous ses médecins à temps plein sont salariés de l’établissement et ne pratiquent pas de dépassements d’honoraires, selon les indications portées sur son site internet.