Lynfo-81 A TA SANTE

81-Humain d'abord

Aujourd’hui voici quelques arguments politiques de Santé, qui paraissent intéressants, tout comme le résultat de mon dernier scanner qui, contrairement au temps, est au beau fixe !

… Pour être au cœur de « L’HUMAIN D’ABORD« , les politiques publiques ont un rôle à jouer en matière de santé : résorber la précarité, créer les conditions d’un logement décent pour le plus grand nombre, donner les moyens à la médecine, c’est améliorer la santé de la population. Développer les énergies alternatives pour remplacer les énergies carbonées et nucléaire, c’est lutter contre nombre de maladies respiratoires et nombre de cancers etc.

81-medicament_innefficaceCréer un pôle du médicament indépendant du lobbying de l’industrie pharmaceutique et des laboratoires, pour éviter les scandales, qu’il s’agisse du Médiator, des prothèses PIP, ou de l’usage des métaux lourds dans les soins dentaires. A l’heure actuelle, on observe des écarts de prix considérables entre deux médicaments qui rendent rigoureusement le même service, c’est une gabegie qui n’a pas lieu d’être.

81-priere-avant-repasInterdire l’usage des substances dangereuses dans l’agriculture (produits phytosanitaires responsables de cancers), mais aussi en produisant selon des modalités respectueuses de l’environnement, nous améliorerons l’alimentation. Tout cela accompagné de programmes de prévention, d’une réglementation des nutriments responsables de la malbouffe et de l’obésité, fauteuses de tant de maladies. La santé c’est aussi dans l’assiette !81-Au menu

Lorsque l’on est malade, il n’est pas vrai que l’on puisse choisir sereinement son médecin, son traitement, les modalités de celui-ci. Nous sommes tous face : aux dépassements d’honoraires, à la tarification en secteur 2, aux délais d’attente trop longs pour une opération, une consultation chez un spécialiste … aux déremboursements, à tous ces dispositifs qui font qu’aujourd’hui tant d’habitants de ce pays renoncent à tout ou partie des soins qui leur seraient nécessaires, notamment pour les lunettes, appareils auditifs, soins dentaires ou les pilules contraceptives dont un grand nombre ne sont pas du tout remboursées.

81-enquête santé« Oui, mais ça couterait trop cher » selon certains. Fadaises ! Notre système de Sécurité Sociale a été mis en place en 1945, dans un pays dévasté par la guerre, bien plus pauvre que la France de 2013 ! Mais le développement des soins qu’il a permis a nourri les appétits du privé qui veulent mettre la main sur ce secteur. Il faut d’urgence sortir de la logique de marchandisation du système de santé imposé en Europe qui mène à une dégradation de la santé des plus démunis. Le financement n’est pas un problème, le manque de moyens oui !

81-Croix pharmacieIl faut en finir avec les fermetures d’hôpitaux publics, maternités, centres de soins et d’IVG, des limitations des dépenses de santé. Il faut repenser l’accompagnement de la perte d’autonomie par une augmentation significative de l’APA et la mise en place de structures temporaires d’accueil, accroitre la formation et la qualification, ainsi que la rémunération des personnels d’aide à la personne, dans un cadre public ou associatif non lucratif.

Tout ceci est ambitieux, créateur de mieux être et d’emplois utiles. C’est bien le moins que puisse faire un programme[1] qui s’intitule « L’HUMAIN D’ABORD » !

[1] Pour voir ce programme du Front de Gauche CLIC sur L’HUMAIN D’ABORD

Publicités

Lynfo-42 Tarif en sup

« La santé n’a pas de prix », mais qui en paie le coût ? » (n°3)

42-chambre clim ou rueC’est une inégalité entre malades méconnue et pourtant bien réelle : d’un établissement à l’autre, le prix d’une journée d’hospitalisation peut aller du simple au sextuple, indépendamment de la qualité des soins. La facture dans un service de médecine peut varier selon les établissements, de 50 € à 500 € par jour ! En service d’oncologie de 500 € à 1 735 € voir bien plus dans le privé. Le prix de journée de la spécialité la plus coûteuse tournerait autour de 5.300 € !

1 milliard d’euros : c’est le montant « surfacturé » par l’hôpital public aux patients ou à leurs complémentaires, au titre des frais de séjour. A ce tarif il convient d’ajouter le forfait hospitalier journalier à 18 € restant à la charge du malade ou de sa mutuelle.42-Chambre évasion

Comme si cela ne suffisait pas, une autre technique, mise en oeuvre un peu partout : la facturation de la chambre particulière. Même si son prix (55 € au CLB) n’a rien à voir avec celui du privé (151 €), nombre d’hôpitaux en tirent des recettes importantes (12 millions d’€/an pour les HCL). Dans certains établissements, les chambres individuelles représentent désormais jusqu’à 90% des lits. Un indéniable confort pour les patients, que l’hôpital cherche à rentabiliser à tout prix.

Les dépassements d’honoraires des professionnels de santé libéraux représentent un total de 7 milliards d’euros,  (+9% en deux ans) rien que pour les seuls médecins spécialistes. Cette partie des tarifs non remboursée par la Sécu, ont flambé et ce, malgré la crise. Cela a rallume chaque fois la polémique entre les syndicats de médecins et l’Assurance-maladie.

Le Centre Léon Bérard est un établissement privé à but non lucratif, d’intérêt collectif. Tous ses médecins à temps plein sont salariés de l’établissement et ne pratiquent pas de dépassements d’honoraires, selon les indications portées sur son site internet.