Lynfo-127 VŒUX 2017

A ta ???????

A l’heure de la révolution numérique, où les VŒUX par mails, par textos ou sur les réseaux sociaux sont devenus incontournables !

A l’heure où le Bluetooth facilite la vie des malentendants, où le téléphone prend des photos, effectue le rappel de mes rendez-vous , où les SMS me parle chinois ! …

A l’heure où je peux vérifier sur mon aïe-phone que j’ai bien effectué mes 10.000 pas quotidien de remise en forme !

A l’heure ou mon vieil ordinateur devient ma mémoire et gère mes réunions, mes contacts, les anniversaires … et travaille de nuit avec moi pour palier le sommeil qui n’est plus de mon âge [1].

A l’heure des évolutions techniques  que je peine à suivre, ou mon empreinte digitale remplace mes codes secrets dont j’ai du mal à me souvenir, où mon téléphone me parle et écrit ce que je lui dicte !

Je te souhaite cette année encore par mail traditionnel mes Vœux de bonne santéainsi qu’à tous les enfants du Monde, notamment ceux des familles « recomposées », des familles expulsées avant la trêve hivernale[2], et qui se retrouvent Sans Domicile Fixe, à tous ceux qui sont victimes de la guerre et de la maladie ...

Des Vœux pour VIVRE, des Vœux de reconquêtes sociales : le droit au travail et au logement social, le droit à la santé et au maintien d’une Sécurité Sociale de haut niveau, le droit à un salaire et une retraite décente, le droit à la culture et aux congés payés … de droit de pouvoir vivre correctement sans emploi précaire …

Pioches pleins de valeurs dans ma collection à écouter « Prendre un enfant par la main » la meilleure chanson française du 20ème siècle CLIC sur >

Chantes avec les enfants pour ensemble « écrire sur les murs le nom de ceux qu’on aime » CLIC sur >

Le monde a besoins de PAIXLa PAIX a besoins du monde. A la PAIX !

A ta santé : Gégé

[1] La plupart d’entre nous avons besoin de 7h30 à 8h de sommeil. Certains dits « petits dormeurs », auront besoin de moins de 6 h de sommeil par nuit. D’autres n’auront besoin que de 4h de sommeil pour être en forme et je fait partie de ces 5 % de cette population de séniors « très petits » dormeurs qui en profitent pour vivre intensément chacune des heures ainsi gagnées sur les « gros dormeurs » qui représente environ 10 à 15% de la population mais qui auront besoin d’une durée moyenne de plus de 9h de sommeil par jour.
[2] Du 1er novembre au 31 mars, les locataires en difficulté ne peuvent plus être expulsés, même si une procédure a été engagée par le bailleur et que l’expulsion est confirmée par le tribunal.
Publicités

Lynfo-118 NON aux EXPULSIONS

Trêve hivernale des expulsions locatives terminée

La Confédération Nationale du Logement réaffirme son opposition la plus ferme à cette pratique barbare et considère comme un scandale le fait que dans la 5ème puissance économique du monde, un pays qui se targue de respecter les droits de l’homme, on puisse mettre des familles à la rue.

En 2015, les expulsions avec le concours de la force publique ont explosé, avec une augmentation inédite de 24% par an. Ce chiffre ne représente pourtant que la partie immergée de l’iceberg. La plupart des expulsions se font sans intervention policière, le locataire préférant quitter les lieux de lui-même sous pression du bailleur et des huissiers.

Le résultat, c’est près de 150 000 personnes sans domicile, dont 30 000 enfants. Le droit effectif au logement conditionne beaucoup d’autres droits. Sans logement, pas d’accès à l’emploi, pas de possibilité de fonder une famille, pas de droit à la santé et encore moins au loisirs.

Certains proposent de faciliter encore les procédures d’expulsions laissant entendre que les locataires qui se retrouvent à la rue sont fautifs. Face à cette entreprise de culpabilisation, il faut rappeler quelques faits : 47% des impayés locatifs ont pour origine une perte d’emploi, 15% une perte de revenus suite à un divorce et 9% un problème de santé ou un accident.

C’est pour ces raisons que la Cnl lance comme chaque année une grande campagne contre les expulsions et interpelle les pouvoirs publics.

Au gouvernement, la CNL demande un moratoire contre les expulsions. Il devient urgent se stopper le robinet qui alimente le sans-abrisme. Soulignons l’absurdité de ce système qui conduit finalement à des dépenses considérables pour l’Etat, les collectivités territoriale et les locataires. Dépenses qui pourraient être utilisées pour construire des logements abordables et dignes, pour pouvoir solder tout ou partie de la dette locative.

La CNL sait pouvoir compter sur la volonté de notre Maire de Vénissieux pour défendre le droit au logement et continuer l’action pour faire reconnaître la légitimité de ses arrêtés municipaux interdisant les expulsions sans relogement

Nous réitérons l’appel de la CNL effectué du 31 mars 2016 POUR une Sécurité Sociale du logement. Le logement est un droit fondamental. Il doit être garantit par la même logique de protection collective qui s’applique à la santé ou au travail.

Enfin, la CNL s’adresse à tous les habitants qui ont des difficultés à payer leur loyer pour leur dire qu’il existe des solutions. Le pire dans cette situation est de rester seul. Dans les six permanences CNL, ils trouveront toujours un soutien et une aide pour se défendre, faire valoir leurs droits.

Lynfo-117 PRIORITÉS LOGEMENT

117-priorites-aux-habitantsIl y a URGENCE à AGIR  aujourd’hui ! La vérité éclate avec l’ampleur de la crise du logement :

– AVEC ses dizaines de milliers de personnes en France qui dorment dans la rue ou les 460 personnes sans domicile fixe ou demandeurs d’asile qui après la fermeture des gymnases lyonnais, se retrouvent sans solution pour passer la nuit au chaud,

– AVEC les 2 millions de familles qui attendent désespérément un logement social dont plus de 56 336 ont une demande en instance dans le ficher commun du Rhône,

– AVEC des millions de gens qui souffrent du mal-logement ou vivent des conditions indignes dans des logements insalubres,

– AVEC des millions d’habitants à qui il reste si peu après avoir payé leur loyer …  comme aujourd’hui c’est le cas pour plusieurs locataires de la résidence où nous habitons avec Maryse.

117-impaye-refus-lmh-decheancierL’action avec les locataires est l’une des priorités donnée à mon engagement à la Confédération Nationale du Logement, première association représentative des locataires en France, dans les quartiers et dans ce que nous appelons les « cages d’escaliers ».

Reconnue association de consommateurs, de jeunesse et d’éducation populaire, la CNL répond à la question de Najib, un voisin qui me demandait « pourquoi cette détermination » à lutter pour améliorer le quotidien des habitants !

La démarche des militants CNL s’inscrit dans cette volonté de poser les questions aussi essentielles que la Sécurité Sociale du Logement, le niveau des loyers, les expulsions ou la démocratie

Pour découvrir en détail ces priorités, clique sur : www.lacnl.com. Notre Comité de défense des locataires vise à promouvoir le logement comme un droit fondamental. Pour cela, nous refusons sa marchandisation qui provoque des drames pour tant de familles. Nous voulons pouvoir mieux vivre dans nos quartiers, avec des loyers moins chers, une place plus grande dans les décisions qui nous concernent.

Nos interpellations, à tous les niveaux, des élus sur la politique du logement, de la consommation et de la ville sont trop souvent considérées comme secondaires. D’où l’idée de ce tableau : CLIQUE sur les  7-propositions-CNL-aux-candidats à l’élection présidentielle et législative de 2017.

A+ A ta santé : Gégé

Lynfo-85 UN TOIT

… BIEN SE LOGER POUR BIEN TRAVAILLER !

C’est le sens de mon intervention effectuée au nom de mon organisation lors d’un dernier Conseil d’Administration. Pour savoir ce qui a motivé mon vote, clic sur > la déclaration faite à l’Office d’Aménagement et de Construction (Opac du Rhone).

« Le congrès HLM auquel j’ai participé a validé la disparition progressive du modèle social que représente le logement social dans notre pays et ceci au nom de la lutte contre les déficits publics« 

Dorénavant les organismes HLM autofinanceront de façon très importante la construction du logement social compte tenu du désengagement financier de l’Etat. Ce sont 600 millions d’euros par an au lieu des 250 millions actuels qui seront ponctionnés sur la trésorerie des organismes de 2015 à 2018 soit au total 2,4 milliards d’euros pour construire et réhabiliter une partie du patrimoine HLM.

Dans le même temps 400 millions d’avantages fiscaux en 2015 sont accordés par le gouvernement  aux investisseurs pour faciliter la construction de logements privés, sans contrepartie sociale, et qui seront loués à des prix prohibitifs. Lorsque l’on a de faibles revenus, il devient difficile voire même insurmontable de se loger. L’inverse est aussi vrai : La crise du logement impacte un marché du travail en difficulté.

85-loyerC’est la première fois que dans notre pays les organismes HLM vont financer des logements sociaux à un niveau supérieur à celui de l’Etat. Cette décision est lourde de conséquence pour le logement social et pour toutes les familles aux revenus modestes logées par l’Opac qui se voient spolier de sommes considérables auxquelles ils ont contribué notamment par leur loyer.

Mais comment peut-on imaginer relancer la construction avec toujours moins de moyens ? C’est une aberration. Pourtant il existe des solutions qui permettraient de relancer la construction de logements sociaux dans notre pays, notamment en privilégiant le logement public et non pas le privé.

Dans l’intérêt des familles les plus modestes, n’acceptons pas un tel avenir !

Je profite de la trêve hivernale qui interdit toutes les expulsions (la veille du 1er novembre jusqu’au 31 mars) – même si il y a une décision de justice – pour aller observer les questions du logement et les « favelas » du Brésil …

… A l’invitation du Padré Carlos qui pour finir sa tournée européenne sera à Bron mardi prochain où nous prendrons le repas ensemble chez Babeth avant notre départ pour Bélem. Je serais donc absent une quinzaine de jours de jours et peut-être de retour, pour les fêtes de fin d’année !