Lynfo-123 BIEN VIEILLIR CHEZ SOI !

ACCIDENTS DE LA VIE COURANTE : SOIS VIGILANT !

Attention à la fracture numérique !

« D’ici 2035, la population des plus de 75 ans progressera de 55 % en Europe pour atteindre 68 millions d’habitants. 30 % des personnes âgées chutent au moins une fois par an mais ce pourcentage augmente avec l’âge, les femmes tombent plus que les hommes, 90% des chutes concernent les plus de 65 ans« , celle de Gégé s’est produite à 69 ans et celle d’Edmonde à 94 ans !

« Plus de 40% des personnes hospitalisées après une chute ne peuvent plus retourner vivre chez elles«  exception faite pour Edmonde qui malgré la fracture de son épaule gauche+main droite et pour Gégé  la fracture de son humérus droit+main gauche, ont pu réintégrer leur foyer moyennant quelques adaptations.

Ces statistiques de mauvaise augure, sont hélas la réalité même si tous les deux ont eu la chance de s’être fracturé l’épaule plutôt que le col du fémur ce qui aurait alors causé un handicap supplémentaire important.

Établissement de rééducation, … une bonne occasion pour avoir de la visite tous les jours !

La chute est l’un des accidents le plus fréquent mais aussi l’un des plus redoutés des séniors et peut avoir des conséquences douloureuses marquant parfois le début d’une perte d’autonomie plus graves conduisant à l’hospitalisation comme cela a été le cas pour Maman, et pouvant rendre parfois plus difficile le maintien à domicile … mais l’avenir nous le dira ! L’entrée en maison de retraite médicalisée[1] est alors prescrit par le médecin. Cette fois Maman l’a échappée belle. Quant à Maryse & Gégé à titre préventif, ils vont courir s’inscrire sur la liste d’attente d’un EHPAD.

Diminution de la vision, de l’audition, troubles de l’équilibre et cognitifs sont les principaux facteurs à l’origine de ces chutes. Un accompagnement ou un environnement mal adapté peut aussi constituer un risque. Ces troubles augmentent avec le vieillissement, mais ne sont pas irrémédiables.

Des solutions pour éviter ta chute et limiter son impact : la plus économique est la pratique en groupe d’une activité physique essentielle pour entretenir sa vitalité et son morale. Gégé t’invite donc à te joindre à nous en confirmant ta venue ce dimanche 17 septembre pour une petite ballade sans rien se casser !

Car l’adaptation du logement pour continuer à vivre chez soi reste onéreuse et engendre des coûts supplémentaires de l’ordre de 5 à 8 000 €. … Un plan[2] d’aides individualisés est aussi proposé par l’équipe médico-sociale et peut comporter des heures d’intervenant à domicile comme cela est le cas maintenant pour maman qui a en plus une auxiliaire de vie matin et soir, le portage de repas, le kiné etc. … .

Les aides à la dépendance comprennent tous les frais liés à l’assistance nécessaire à la vie quotidienne. Elle est subordonné au GIR de la personne (grille ci-dessous) et peut aussi donner droit à l’APA[3], à une réduction d’impôts, à des aides techniques : pendentif de téléassistance, fauteuil roulant, déambulateur, coussins-matelas anti-escarres, climatisation etc. …

Personne qui n’a pas perdu son autonomie pour les actes de la vie courante. Ne peut pas bénéficier de l’APA
Se déplace à l’intérieur du logement, s’habille, s’alimente seule mais a besoin d’une aide ponctuelle pour la toilette, préparer ses repas et le ménage. Ne peut pas bénéficier de l’APA
N’assume pas seule son transfert, mais une fois levée, peut se déplacer dans son logt parfois aidée pour la toilette et l’habillage mais s’alimente le plus souvent seule
Conserve son autonomie mentale, partiellement son autonomie locomotrice, mais nécessitant plusieurs fois par jour des aides pour son autonomie corporelle
>ATTENTION< Confinée au lit ou en fauteuil, aux fonctions intellectuelles non totalement altérées, nécessite une prise en charge pour la plupart des activités de la vie courante ;ou la personne aux fonctions mentales altérées, mais avec capacités locomotrices
>   PRÊT  <   Ultime niveau de dépendance complète, sans autonomie, correspondant d’une personne âgée confinée au lit ou en fauteuil, dont les fonctions mentales sont gravement altérées et qui nécessitent une présence indispensable et continue d’intervenants
> PARTEZ     <Que peuvent bien se dire ces deux malades shootées à mort après un cocktail de médicaments bio-tonic ?(*)
 GiR-6  GiR-5  GiR-4  GiR-3  GiR-2  GiR-1  GiR-O
(*) Réponse du gag (humour noir) : « Les jeux sont faits je paye mon cancer, tu payes ta cirrhose et le premier qui meurt a gagné ! »

 

[1] EHPAD ou Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes également connu sous la dénomination MAISON DE RETRAITE, dédiée à l’accueil des personnes âgées de plus de 60 ans en situation de perte d’autonomie physique et/ou psychique et qui ne peuvent plus être maintenues à domicile. Elle est souvent mal vécue par la personne concernée comme par ses proches. De plus la pension complète s’avère être très coûteuse (environ 1 700 €  à +3000 € par mois).
[2] Les obligations d’ACCESSIBILITE (loi 13/07/1991) dans les logements collectifs et autres lieux de vie ainsi que les réglementations en faveur des personnes à mobilité réduite et dépendantes s’appliquent dans la construction neuve, mais peu en réhabilitation. Il appartient à l’usager, à ses aidants et aux professionnels du bâtiment de trouver la solution de travaux pour adapter son habitat.L’objectif est de profiter de son logement, y accéder, le sécuriser, cheminer, voir, utiliser les équipements ; faire sa toilette : WC (surélevés), lavabo, douche à l’italienne, siège de douche mural, barres de maintien, revêtements de sol antidérapants … ; pouvoir cuisiner : accéder aux rangements, aux plans de travail, à l’évier … ; cheminer : dans un dégagement, ouvrir sans peine les portes (somme de la largeur de la porte et du couloir supérieure à 2 m) ; portes coulissantes plus aisées à manipuler à condition de bien positionner les poignées et de le pas être trop lourdes, pose de volets roulants, automatisés, éclairage adapté … ; se garer facilement etc.
[3] APA ou Allocation personnalisée d’autonomie concerne aussi bien la personne âgée vivant à son domicile que celle vivant dans un établissement d’hébergement, destinée à celle ayant besoin d’une aide pour l’accomplissement des actes essentiels de la vie courante, parce que son état ne lui permet pas de les assurer seule. Elle est modulée en fonction du degré de la perte d’autonomie et des ressources de l’intéressé. Il n’y a aucune récupération sur la succession du bénéficiaire. L’APA est un droit universel : la seule condition pour en bénéficier est la perte d’autonomie pour la personnes de plus de 60 ans, quel que soit son revenu. psychiques, fonctionnels, sociaux, environnementaux, ainsi que les habitudes de vie et qui permet d’élaborer un plan de soins individualisé
Publicités